La magie de l’art
Phonothèque du LIR3S - UMR 7366 CNRS-uB

La magie de l’art

Projet hypertext link symbol Le cafard après la fête
Journée d’études organisée à Dijon (Université de Bourgogne) le 23/05/2014
Organisateur(s) : Dupont Valérie, Tillier Bertrand
Centre(s) organisateur(s) : Centre Georges Chevrier-UMR CNRS uB 7366

Référence électronique : Dupont Valérie, Tillier Bertrand (organisateurs), 2014, La magie de l’art [en ligne], journée d’études, Dijon, Université de Bourgogne, disponible sur https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque/m-141, page consultée le 05/12/2021



Présentation de la manifestation

Dans « l’Art, la Magie, la Schizophrénie et le Surréalisme », José Pierre rapporte ces citations de Breton extraites des Entretiens « L’artiste européen, au XXe siècle [...] n’a chance de parer au dessèchement des sources d’inspiration entraîné par le rationalisme et l’utilitarisme qu’en renouant avec la vision dite primitive, synthèse de perception sensorielle et de représentation mentale », tout comme il soulignait que « les plus profondes affinités existent entre la pensée dite primitive et la pensée surréaliste, qu’elles visent l’une et l’autre à supprimer l’hégémonie du conscient, du quotidien, pour se porter à la conquête de l’émotion révélatrice ». Et José Pierre d’ajouter : « Ce qui a chance de nous ramener au vif du surréalisme comme au vif de la magie, puisque la “récupération des pouvoirs perdus” inscrite par Breton au cœur de la revendication surréaliste désigne sans équivoque possible la reconquête des pouvoirs magiques. » (José Pierre, André Breton et la peinture, Lausanne, L’Âge d’homme, 1987, p. 247)

Pour les surréalistes, l’art possède comme la magie le pouvoir de métamorphoser et transfigurer le réel. Avant eux les romantiques et les symbolistes dont ils sont les héritiers manifestaient déjà à travers l’appel à l’inconnu, au mystère, au sublime, un dépassement de la réalité morne et lassante pour faire jaillir l’émerveillement. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Quand la réalité est écrasante, quelles répercussions l’imaginaire peut-il avoir, les artistes sont-ils encore des sourciers du mystère qui révèlent l’enchantement même dans notre quotidien ?

« La Magie de l’art » constitue le troisième et dernier volet du projet Le Cafard après la Fête. Il fait suite aux journées d’étude intitulées respectivement : « Le Désenchantement de l’art » et « Le Deuil de l’artiste ». Ces rencontres ont permis de réfléchir sur les manifestations et les expressions de la crise dans/de l’art en s’appuyant sur des exemples choisis dans la période contemporaine, du XIXe siècle au XXe siècle. La thématique de la magie de l’art considère pour sa part la fonction de l’œuvre d’art en tant que réponse à une situation de crise, qu’elle soit vécue individuellement ou sur un mode collectif.

La problématique de la magie de l’art que l’on pourra envisager des points de vue esthétique, historique ou anthropologique ouvrira sur des questions diverses : l’origine magique de l’art et sa survivance dans les œuvres de la période visée, mais aussi dans la pensée d’historiens de l’art (Aby Warburg, Carl Einstein) ; la définition et la valeur de l’art magique pour les surréalistes (Breton, Brauner, Lam, etc.) ; le rôle de l’artiste magicien, sorcier/sorcière, chaman, alchimiste, ou bien l’œuvre comme moment d’une alchimie. L’œuvre comme poétique d’émerveillement offrira des pistes de réflexion en rapport avec la notion de magie : sur les modes d’élaboration de l’œuvre, sur la valeur de l’inspiration, de l’invention, sur les modèles de vision, l’hallucination, l’attraction, la féérie, etc.

Enfin, à partir de ces pistes et de bien d’autres encore, l’on s’interrogera sur ce qu’apporte l’art à l’artiste et à l’amateur par ses répercussions sur le réel, son pouvoir à le transformer, à séduire ou à consoler.

Communications

hypertext link symbol Michel Leiris et les artistes de son temps : de la magie dans l’art à la magie de l’art [durée : 27 min.], Talpin Camille

hypertext link symbol « Magiciens inquiétants » et « peintres sorciers ». Le discours pictural et critique de l’École de Leipzig [durée : 38 min.], Kramer-Mallordy Antje

hypertext link symbol Manufacture des féeries (Joana Vasconcelos) [durée : 36 min.], Tillier Bertrand

hypertext link symbol « Vous m’avez fait former des fantômes ». À propos d’une sélection de photographies d’Hervé Guibert [durée : 28 min.], Bergeret Servin

hypertext link symbol Esotérisme de magie et d’alchimie. « Les Grands Transparents » d’André Breton [durée : 33 min.], Chaullet Fabienne

hypertext link symbol Des ambivalences d’un lieu commun : la « magie de la couleur » dans les discours sur l’art au XIXe siècle [durée : 25 min.], Korzillus Jean-Loup




Contact : lir3s[dot]logistique[at]u-bourgogne[dot]fr
Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
URL : https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque
Licence Creative Commons