L’esthétique Glitch. Une musique du siècle deleuzien
Phonothèque du LIR3S - UMR 7366 CNRS-uB

L’esthétique Glitch. Une musique du siècle deleuzien

Journée d’études hypertext link symbol Philosophie des musiques récentes
Auteur(s) : Bisson Frédéric
Durée : 35 minutes

Référence électronique : Bisson Frédéric, « L’esthétique Glitch. Une musique du siècle deleuzien » [en ligne], 2013, disponible sur https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque/c-771, page consultée le 08/12/2021



Résumé de la communication

L’importance d’une musique ne se mesure pas suivant des critères abstraitement formels, mais aussi en fonction de sa capacité à penser musicalement son temps. Mouvement de musique électronique né en Allemagne dans les années 90, le « Glitch » est à l’origine de toute une esthétique de l’erreur ou de la défaillance technologique (« Aesthetics of Failure » comme l’appelle Kim Cascone) qui problématise musicalement les dogmes et les normes de l’ère numérique. Le label allemand « Mille plateaux » créé par Achim Szepanski constitue un cas unique dans l’histoire pourtant riche des rapports entre musique et philosophie : hommage explicite à Gilles Deleuze, ce label entend placer tout un style musical, dans son anonymat même, sous le patronage d’une philosophie. On connaît le mot de Foucault : « Un jour, peut-être, le siècle sera deleuzienÉ ». Je chercherai à montrer en quoi l’esthétique « glitch » est une esthétique du siècle deleuzien.

L’esthétique Glitch. Une musique du siècle deleuzien [durée : 35 min.], Bisson Frédéric





Contact : lir3s[dot]logistique[at]u-bourgogne[dot]fr
Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
URL : https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque
Licence Creative Commons