La modification de l’expression génétique de la descendance de l’homme
Journée d’études doctorale hypertext link symbol Que peut le corps ?
Auteur(s) : Mariller Patricia
Durée : 14 minutes

Référence électronique : Mariller Patricia, « La modification de l’expression génétique de la descendance de l’homme » [en ligne], 2013, disponible sur https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque/c-722, page consultée le 27/11/2021



Résumé de la communication

La médecine est en perpétuel progrès. Son rôle est de soigner aussi bien le corps que l’esprit. Elle est capable aujourd’hui de permettre à une personne, qui souffre du syndrome de transsexualisme, de voir sa nature sexuelle, telle qu’elle existe dans son psyché, « concorder » avec ses attributs physiques. À ce même titre, le médecin est capable d’intervenir sur le patrimoine génétique d’un malade pour le soigner en intervenant sur ses gènes ou de modifier les gènes de ses cellules sexuelles pour modifier l’expression génétique de sa descendance. La législation actuelle autorise la thérapie somatique (1er cas) et interdit toute thérapie germinale (2nd cas).

Il n’est donc permis à aucun praticien d’intervenir sur les cellules sexuelles d’un individu pour pouvoir modifier le patrimoine génétique des cellules qu’il pourrait potentiellement transmettre lors de la reproduction. À première vue, cela rejoint l’interdiction de l’eugénisme. Pour autant, cette thérapie pourrait permettre l’éradication d’une maladie au sein d’une même famille. Une question survient alors : la modification génétique de l’homme doit-elle être limitée ?

La modification de l’expression génétique de la descendance de l’homme [durée : 14 min.], Mariller Patricia





Contact : lir3s[dot]logistique[at]u-bourgogne[dot]fr
Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
URL : https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque
Licence Creative Commons