L’Inquisition face à l’idolâtrie des nouveaux convertis indigènes en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle
Colloque hypertext link symbol Sentences et décisions judiciaires, du Moyen Âge à l’époque contemporaine
Auteur(s) : Roulet Eric
Durée : 23 minutes

Référence électronique : Roulet Eric, « L’Inquisition face à l’idolâtrie des nouveaux convertis indigènes en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle » [en ligne], 2011, disponible sur https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque/c-595, page consultée le 06/12/2021



Résumé de la communication

L’inquisition est établie en Nouvelle-Espagne dès la Conquête achevée. Elle revêt la forme d’une inquisition monastique puis d’une inquisition apostolique avant que le tribunal permanent du Saint-Office ne soit établi à Mexico par le roi Philippe II en 1570. Mais alors, les Indiens sont soustraits à son autorité.

L’inquisition monastique puis apostolique a jugé peu d’Indiens au XVIe siècle. En effet on compte seulement une soixantaine de cas dans les Archives générales de la Nation de Mexico. Il s’agit dans leur grande majorité de procès pour idolâtrie. Nous nous concentrerons ici principalement sur un type d’accusation (la dissimulation d’idoles) durant l’exercice de l’inquisiteur et évêque, fray Juan de Zumarraga, de 1535 à 1540.

Les Indiens constituent pour l’institution un public nouveau, ce sont des anciens païens polythéistes convertis depuis peu par une poignée de missionnaires des ordres mendiants qui ne parlent pas le castillan et ont recours à des interprètes et parfois même à plusieurs quand ils parlent une langue peu connue, ce qui conduit à une certaine déperdition des faits. Bien souvent les témoignages et les preuves matérielles sont accablants. Les faits sont avérés. Aussi, les réquisitoires des procureurs (les fiscales) sont durs. Ils soulignent les nombreux manquements des accusés. Ils sont la représentation de tout ce qu’on redoute des nouveaux convertis.

L’inquisiteur avance lui prudemment. Les faits ne sont pas toujours très clairement établis. Des intérêts peuvent aussi avoir amené à des dénonciations. Le monde indigène est complexe et n’est pas toujours bien compris. La sentence, de l’aveu même de l’inquisiteur, se doit d’être mesurée. Elle doit aussi être atténuée du fait que les Indiens sont de nouveaux convertis. Il semble que dans ce domaine l’Inquisition tente surtout de rappeler la norme sociale et religieuse aux Indiens.

L’Inquisition face à l’idolâtrie des nouveaux convertis indigènes en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle [durée : 23 min.], Roulet Eric





Contact : lir3s[dot]logistique[at]u-bourgogne[dot]fr
Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
URL : https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque
Licence Creative Commons