Corporations ou savoirs marchands : la double représentation du commerce à Paris sous l’Ancien Régime
Colloque hypertext link symbol Les instruments de la représentation politique en Europe (Moyen Âge-Temps modernes)
Auteur(s) : Marraud Mathieu
Durée : 24 minutes

Référence électronique : Marraud Mathieu, « Corporations ou savoirs marchands : la double représentation du commerce à Paris sous l’Ancien Régime » [en ligne], 2018, disponible sur https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque/c-1354, page consultée le 26/10/2020



Résumé de la communication

Le fort développement de l’économie incorporée, dans la capitale, coiëncide avec la construction de l’absolutisme royal, entre mi-XVIIe siècle et mi-XVIIIe siècle. Ce moment de confluence est marqué par la multiplication et la consolidation des métiers jurés, dont le sommet se trouve alors occupé par une fédération de six d’entre eux, portant le titre de Six Corps des marchands (drapiers, épiciers-apothicaires, merciers, pelletiers, bonnetiers, orfèvres). Aussi bien par cette titulature politique de corps que par la force sociale et bourgeoise des familles qui les dirigent, une structuration hégémonique de l’espace commercial s’organise par deux biais principaux, reliés l’un à l’autre :

- le rapport de force économique entre des corps dits marchands et des corporations plus ou moins efficacement cantonnées sous les termes de communautés et d’artisans,
- une représentation devant le prince, où ces expressions sont enregistrées, patrimonialisées, et où la puissance rituelle est un mode d’accès à une législation royale favorable.

Si les Six Corps parviennent dans un premier temps à élaborer une représentation du commerce tout entier de la capitale, jusqu’au cœur du Conseil, la nature de cette représentation pour autant souffre très vite d’une ambiguiëté, celle d’une représentation d’établissements institués et privilégiés, mise en regard d’une représentation des expertises professionnelles, propres aux techniques et circuits commerciaux, à savoir une double représentation des droits et des savoirs. Le travail des Six Corps consiste bien à postuler une équivalence entre les deux aspects. Toutefois cette capacité s’affaiblit dès les années 1730- 1740, où la monarchie cherche d’une part à personnaliser les députations marchandes auprès d’elle (non plus avec des jurés élus temporaires, mais avec des conseillers viagers), ce qui est un moyen de les décérémonialiser, et d’autre part à déporter ce lien au commerce hors de la question des droits, de leur protection et reconduction. Alors le roi veut précisément mener la députation vers la forme d’une audition de connaissances, d’expériences, dont la garantie publique ne serait plus accomplie que par lui.

Ce faisant, la représentation change de nature tout en se maintenant, et en suscitant de lourds conflits avec les organes privilégiés de la capitale, Six Corps en tête. Le processus se clôturera dans la suppression radicale de tout l’ordre corporatif ancien par le ministre Turgot en 1776.

Corporations ou savoirs marchands : la double représentation du commerce à Paris sous l’Ancien Régime [durée : 24 min.], Marraud Mathieu





Contact : lir3s[dot]logistique[at]u-bourgogne[dot]fr
Hébergement : LIR3S-UMR 7366 CNRS uB
URL : https://lir3s.u-bourgogne.fr/phonotheque
Licence Creative Commons